Il y a peu, le sauna était encore uniquement réservé aux instituts de beauté et aux hôtels de luxe. Grâce à une baisse de prix massive et à l’apparition de nouvelles technologies comme l’infrarouge, l’usage s’est démocratisé. De plus en plus de foyers installent cette cabine à vapeur aux nombreux bienfaits, dans leur maison. Dans cet article, nous allons aborder les questions que vous devez vous poser avant d’entamer les travaux de construction.

Question n°1 : Quels sont les types de saunas les plus répandus ?

Également appelé sauna finlandais, le modèle traditionnel se distingue par sa jolie cabine fabriquée en bois. La chaleur y est intense, soit aux alentours de 100°C avec un pourcentage hydrométrique relativement bas. Le poêle électrique ou en bois permet de chauffer les pierres de lave qui, au contact de l’eau, provoquent un effet de « coup de chaud » à l’intérieur de la cabine de sauna. Ce phénomène stimule la transpiration même si la banquette haute permet de profiter de plus de chaleur que la banquette basse.

Quant au sauna infrarouge, il revêt la même apparence qu’un sauna traditionnel. C’est la technologie utilisée qui fait la différence entre les 2 systèmes. Dans ce modèle de sauna, le pourtour de la cabine est rempli d’émetteurs infrarouges. Le niveau de chaleur sèche est nettement moins élevé que dans le modèle finlandais. Comptez alors entre 45 et 70°C. Voilà pourquoi, pour un usage optimal, les émetteurs doivent être placés au dessus et sous les banquettes.

Question n°2 : Quelle technologie choisir ?

Le modèle infrarouge est la meilleure option qui s’offre à vous si vous supportez mal les températures intenses, que ce soit par préférence personnelle ou pour des raisons médicales. Il est important de souligner que l’expérience d’un sauna traditionnel est différente de l’infrarouge, ce qui n’enlève rien à son attrait. Si dans une cabine finlandaise, la transpiration est excessive, l’expérience infrarouge s’apparente à un bain de soleil sur une plage Méditerranéenne. Notez alors que le modèle infrarouge coûte plus cher que le finlandais parce qu’il est doté d’une technologie qui conduit toute la chaleur produite par les émetteurs vers l’utilisateur.

La sensation obtenue est plus douce, ce qui provoque la dilation des pores : un phénomène efficace pour éliminer les peaux mortes et stimuler la régénérescence cellulaire. Même avec un budget limité, vous pouvez vous procurer ce type de cabine. Cependant, les résistances des modèles d’entrée de gamme ne sont pas toujours correctement dispersées dans le sauna, ce qui vous obligera à vous tenir près d’un convecteur électrique pour avoir le même effet de relaxation.

Question n°3 : Comment profiter du sauna sans danger ?

Il y a plus de précaution à prendre pour un sauna finlandais que pour un traditionnel puisque la chaleur y est plus intense. Vous ne devez donc pas négliger la phase d’adaptation. Testez la cabine progressivement en laissant à votre corps le temps de s’adapter à la température intérieure et à l’humidité. Vous pouvez sortir prendre une douche froide au bout de 5 minutes d’utilisation. Entrez de nouveau et augmentez la durée de votre passage au sauna petit à petit pour ne pas agresser votre organisme et provoquer de mauvaises réactions.

A noter : Si vous avez des problèmes de santé, que vous souffrez d’insuffisance respiratoire ou de soucis cardio-vasculaires, il est essentiel de demander conseil à votre médecin.

Question n°4 : Quelles dimensions pour votre sauna ?

Les saunas sont conçus dans différentes formes et dimensions. Vous pouvez trouver des modèles qui ne dépassent pas 120 cm2 et d’autres qui peuvent accueillir plus de 10 personnes. Pour les modèles infrarouges, le minimum est de 120 cm2 pour des raisons pratiques et sécuritaires. En effet, l’utilisateur ne doit pas se coller aux résistances et laisser une certaine distance. Pour choisir les dimensions de votre sauna, vous devez penser à l’endroit où vous souhaitez l’installer et aux positions possibles à l’intérieur de la cabine : debout, couché, incliné, etc.

Question n°5 : Où installer votre sauna ?

De manière générale, le sauna en bois est installé dans une pièce à eau à l’intérieur de la maison comme la salle de bains par exemple, même si de nombreux usagers préfèrent lui consacrer une pièce entière. Il est vivement recommandé de le placer à proximité d’une douche afin de vous rincer à la sortie de la cabine. Vous pouvez aussi choisir un endroit à l’extérieur de votre logement, surtout si vous optez pour le modèle finlandais. Une surface solide, en carrelage ou en béton, est nécessaire pour maintenir la cabine. Cette option reste possible mais elle nécessite un certain nombre de précautions comme une alimentation électrique supplémentaire.

Question n°6 : Quels préparatifs en intérieur ?

Une prise électrique à proximité du sauna est nécessaire pour alimenter le poêle électrique. En revanche, pour un poêle en bois, vous aurez besoin d’un lieu de stockage pour garder une quantité suffisante de matière première chez vous. Quant au poêle au gaz, vous devez faire appel à un électricien professionnel pour effecteur des raccordements conformément aux normes de sécurité. Pensez toutefois à installer un ventilateur suffisamment performant pour assurer le renouvellement de l’air et laisser les fumées de combustion sortir vers l’extérieur. Par ailleurs, la sauna ne peut être installé que dans un espace avec un minium de 2m de hauteur sous plafond. Les parois et les murs de la pièce doivent également être éloignés avec une distance de séparation de 5 à 10 cm.

A noter : Même si ce point a été évoqué plus haut, nous souhaitons attirer votre attention vers l’importance d’installer le sauna à proximité d’une cabine de douche pour alterner douche froide/chaleur et vous rafraîchir à la moindre sensation d’étouffement ou de déshydratation.