Si les brocantes éphémères organisées par les villes et les villages réservent de bonnes surprises, d’autres possèdent une réputation qui n’est plus à établir. Il existe en effet, en région parisienne comme partout en France, des sites incontournables réservés aux passionnés de la chine.

Où trouver les brocantes ?

Une des brocantes les plus célèbres reste les puces de Saint-Ouen. Antiquaires et brocanteurs se partagent sept hectares de cet espace classé « Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager ». Réputées pour la gouaille de ses vendeurs, ces puces sont avant tout un site touristique dans lequel vous trouverez une foule d’objet de tous genres. Vieux meubles dans leur jus ou restaurés côtoient des tableaux, des miroirs, de la vaisselle, des disques, des gravures ou autres objets insolites venus de tous pays. L’immensité de ce marché demande quelques heures de découverte à moins d’avoir une idée précise et de se diriger rapidement vers le « quartier » adéquat. De petits cabanons juxtaposés, couverts ou à ciel ouvert, accueillent des visiteurs connaisseurs ou simplement en promenade. Vous pouvez même vous restaurer dans ce lieu atypique aux accents de titi parisien.

Un peu moins gigantesque, le marché aux Puces de la porte de Vanves n’en regorge pas moins de petites merveilles. Moins « bobo » que Saint-Ouen, les prix y sont aussi plus abordables. Près de quatre cents marchands professionnels exposent leurs trouvailles tous les week-ends. Outre les étals habituels, vous trouverez entre autres des brocanteurs spécialisés dans l’art des continents africains et asiatiques ou dans les objets de curiosité.

Les puces du canal

Plus près de chez nous, à Villeurbanne, la réputation des Puces du canal n’est plus à faire. Tous les jeudi, samedi et dimanche, à peu près quatre cents exposants vous proposent des antiquités et du vintage. Ce marché est divisé en zones bien spécifiques : le Village des Containers abrite des vendeurs d’objets repensés ou recyclés tout comme l’Ecole. La zone des Traboules reste le domaine des antiquaires. Les brocanteurs quant à eux se retrouvent dans la halle Louis la Brocante et les marchands itinérants font découvrir leurs trouvailles aux badauds dans la zone du Déballage. Ces puces situées près d’une ville très gastronomique n’oublient pas non plus de proposer une restauration à la hauteur de la réputation de son département.

De taille bien plus petite, la brocante d’Annecy se déroule une fois par mois. Stratégiquement située dans la vieille ville, les rues piétonnes accueillent dénicheurs de vieilleries en même temps que des artistes locaux. Moitié moins importante que les précédentes, les objets exposés n’en sont pas moins hétéroclites et désuets. C’est l’endroit idéal pour dégoter une vieille cloche de vaches, une paire de skis en bois ou une luge de nos grands-parents.

Les puces de Belfort

L’est de la France n’est pas en reste avec les Puces de Belfort. Des professionnels s’installent chaque dimanche matin de mars à décembre pour faire découvrir aux curieux leurs dernières découvertes. Là aussi, la vieille ville prête ses ruelles aux cent quarante exposants depuis près de cinquante ans. La négociation y est toutefois plus rude car nos voisins suisses ne sont pas en reste pour venir chiner et ramener chez eux des objets insolites.

Si malgré tout, vous avez une préférence pour les vide-greniers printaniers organisés dans les villes et les villages, munissez-vous de l’agenda des puces et des brocantes ou rechercher les dates et les lieux sur internet pour être sûr de ne pas rater un rendez-vous important.

Et si vous n’avez pas envie de sortir de chez vous, de nombreux sites de brocantes mettent en ligne ce genre de produits. Si vous avez une recherche précise, vous aurez ainsi un choix plus large et tout votre temps pour chercher et comparer qualité et prix. Ou si vous connaissez des brocanteurs, vous pouvez directement aller sur leur site pour voir un peu ce qu’il s’y passe. Voici par exemple le site d’un brocanteur.

Quels que soient vos endroits de chine privilégiés, n’oubliez pas les indispensables : lampe frontale pour les passionnés matinaux, une bonne paire de chaussure, de l’argent liquide, une limite budgétaire à ne pas dépasser, une propension à la négociation et une bonne humeur à toute épreuve. Ces endroits restent avant tout, des lieux de déambulation bon enfant que parcourent chineurs et familles entières avec l’espoir de découvrir un objet recherché depuis longtemps pour les collectionneurs ou un coup de cœur aléatoire pour les autres.